Chéri.e, laisse-moi dormir…

Nov 30, 2022

Par Clara Blot Candidate au titre de psychologue par voie d’équivalence

 

Devenir parent est une nouvelle étape. Comme tout processus, cela entraine des remaniements, des questionnements, des inquiétudes. Il est fréquent que je reçoive dans mon cabinet de jeunes parents préoccupés par la santé de leur couple, par le désir (ou l’absence de désir) pour leur partenaire. Est-ce que leur couple est voué à l’échec ? Comment ça se fait que tous les autres parents vivent une vie d’amoureux, remplie de paillettes, de sexe et de pétales de rose ? C’est pour cette raison, et pour normaliser ce vécu, que je vous propose aujourd’hui de parler de l’impact de la parentalité sur le couple conjugal.

 

De 2, vous êtes passés à 3. Dépendamment de votre couple (étiez-vous fusionnels ? indépendants ?), cet ajout a été plus ou moins facile à vivre. Vous êtes maintenant sur-sollicités, avec peu de temps pour votre couple, mais aussi pour vous. La fatigue, le manque de sommeil, les problématiques courantes et moins courantes de la parentalité laissent peu de place au désir amoureux. Votre cerveau peut fonctionner en mode survie, rendant votre enfant et vous-même les seules personnes pour qui vous allez dépenser de l’énergie. Avant de pouvoir être attentif à l’autre, il faudrait d’abord que vous ayez le temps de prendre un bain lorsque vous le souhaitez, de boire votre café lorsqu’il est encore chaud, de vous occuper de vous.

 

Ajoutant également le fait que votre corps, qui se remet peu à peu de la grossesse, a changé et il est possible qu’il vous faille du temps pour l’accepter et vous sentir à l’aise sous le regard de l’autre, désirable, belle. C’est tout à fait normal : rappelez-vous, adolescente, le temps qu’il avait fallu pour vous faire à ce corps d’adulte, certainement différent de ce à quoi vous vous attendiez. Aujourd’hui, ce corps porte les marques de votre maternité, il est passé d’un corps de femme à un corps de maman, et il se peut que votre cerveau ait besoin de temps pour changer l’image que vous avez de vous-même. 

 

Tout cela peut avoir des répercussions sur votre sexualité. Selon les études, 3 mois après la naissance, 1 femme sur 2 vit de la douleur lors des rapports sexuels. La lubrification peut être moins importante et l’intérêt envers la sexualité peut être diminué, voir nul. En plus de la douleur, votre corps vit ce qu’on appelle « l’over-touching ». Il est sans cesse touché, sollicité, attrapé. Il est donc bien normal que vous ayez besoin de retrouver des moments de solitude, de « pause physique » le soir venu.

 

La plupart de ces problèmes se résolvent vers 12 mois, mais cela peut aussi durer plus longtemps. Tout comme chaque enfant est différent, chaque parentalité l’est et vous avez le droit d’aller à votre rythme. Cela demande de l’énergie de prendre soin de son couple, il faut déjà que vous en ayez pour vous-même. Peu à peu, vous pourrez faire davantage de place à votre couple et retrouver votre désir. Si toutefois cela est trop difficile pour vous et que vous vous sentez en détresse, donnez-vous le droit d’aller consulter. Il suffit parfois de mettre des mots sur ce que l’on ressent pour se sentir mieux.

 

 

 Clara Blot

 

👉 Pour connaître les différentes conférences sur le couple offertes par Ça va maman, cliquez ici!

 ____________________________________________________________________

Biographie

Psychologue clinicienne diplômée en France, Clara Blot est maintenant candidate au titre de psychologue par voie d’équivalence. Dès son plus jeune âge, elle a eu la chance d’habiter dans plusieurs pays (Mali, Guinée, Tunisie, Italie, France, Canada). Cela l’a ouverte à la diversité psychique et au transculturel, participant à la formation de la psychologue qu'elle allait devenir. Après des études d’infirmières, elle s'est dirigée vers des études en psychologie. Elle voulait pouvoir prendre le temps d’écouter chaque personne dans son individualité, sans jugement. Elle perçoit en effet la thérapie comme un lieu où il est possible de se déposer dans le but d’être écouté et de se rapprocher de ce que l’on est en soi.

Au cours de son parcours, elle a été formée à l’accueil des enfants, des adolescent.e.s, et des adultes. Elle s'est rapidement spécialisée en périnatalité, accueillant parents et enfant, dès le service de naissance, pour les aider dans leur lien d’attachement, dans les symptômes présentés par le bébé et l’enfant, dans le chemin de la parentalité, on peut le dire parfois semé d’embûches, mais également dans leur projet d’enfant et dans leur deuil. Cette spécialisation s’est renforcée grâce aux travaux de recherche portant sur la procréation médicalement assistée et sur la suicidalité de la femme enceinte auxquels elle a pu participer. Parallèlement à sa spécialisation en périnatalité, elle s'est également formée aux diversités familiales et individuelles (notamment concernant l’orientation sexuelle et la diversité de genre).

Aujourd’hui, elle reçoit en pratique privée à la Clinique de psychologie Masson (Montréal).

Mais, désireuse de normaliser les difficultés périnatales et le recours aux services de psychologie, elle a décidé de prendre sa plume et de rédiger des textes sur Ça va maman. Elle espère que ces quelques mots pourront apaiser certain.e.s d’entre vous et vous encourager à prendre soin de vous.

[email protected]

Clara Blot | Clinique de psychologie masson | Montréal (cliniquepsymasson.com)

 

Bibliographie

Carroi, G. & Belizan, J. (1999), Episiotomy for vaginal birth. Cochrane database of systematic reviews.

Gutzeit, Or., Levy, G., & Lowenstein, L. (2020). Postpartum female sexual function : risk factors for postpartum sexual dysfunction. Sexual medicine, 8(1), 8-13.

 

 

ABONNEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE POUR NE RIEN MANQUER!