Les pensées intrusives : Oui, c’est commun!

Nov 09, 2021

Tranche de vie de maman

 

Avant que Lory n’en parle lors d’une séance de notre programme d’accompagnement, je ne savais même pas que le terme “pensées intrusives” existait. Mais aussitôt qu’elle eut expliqué ce dont il s’agissait, j’ai compris qu’elle avait mis le doigt sur quelque chose qui m'habitait… depuis toujours! 

 

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu des pensées intrusives, c’est-à-dire des pensées catastrophes qui viennent et repartent laissant un sentiment étrange... un peu comme Devon Sawa dans Destination Ultime (bon faut vraiment être de ma génération pour comprendre cette référence… parce que WHO KNOWS où se cache Devon aujourd’hui ! Bon, je m'égare..) ! 

 

 

Contrairement à ce cher Devon (et heureusement pour moi!), mes pensées ne se sont jamais réellement produites, si bien que j’ai fini par leur porter un peu moins d’attention. Lorsqu’elles sont revenues en force, quand je suis devenue une maman en grand manque de sommeil, LÀ, elles m’ont fait peur, parce qu’elles mettaient dorénavant en scène les êtres humains que j’aime plus que tout : mes enfants. Toutes les situations étaient bonnes pour les faire ressurgir. Piscine, bain, voiture roulant à toute vitesse. J’écris ces mots et, déjà, je sens mon coeur battre plus vite… Je ne compte même plus le nombre de fois où je suis allée vérifier si mes enfants respiraient encore la nuit (ça m’arrive encore, mais chuuuut!)!

 

Si vous saviez quel bien cela m’a fait quand Lory a dit que la grande majorité des humains avaient parfois des pensées intrusives et qu’il s’agissait surtout de la voix de l’anxiété! AH! Je n’étais pas folle! Parce que oui, je croyais être la seule au monde à avoir de telles pensées. Maintenant, avec du recul, quand je prends le temps d’observer mes mécanismes, je comprends qu’elles sont davantage présentes quand je suis épuisée ou alors quand j’aimerais donc avoir du contrôle dans des situations où je me sens impuissante … Et l’impuissance et moi, depuis que je suis maman, on se côtoie souvent! 

Je ne sais pas pour vous, mais le texte qui suit m’a fait le plus grand bien! 

 

Bonne lecture!

 

Jessika

 

La réponse de la psy

 

Avoir des pensées intrusives est un phénomène courant chez la plupart des humains, et les nouvelles mamans n’en sont pas exclues! Cela peut d’ailleurs être effrayant pour certaines mamans comme elles ont l’impression que ces pensées sont contraires à la douce expérience qu’elles souhaitent vivre. 

 

Les pensées intrusives sont des pensées négatives, répétitives, indésirables et imprévisibles elles peuvent donc vous bombarder à tout moment. Elles donnent l’impression qu’elles proviennent de nulle part. Les pensées intrusives peuvent prendre la forme de pensées (Et si je brûlait le bébé dans la baignoire?) ou d'images (Ex: Avoir une image mentale que votre bébé tombe de la table à langer). D’ailleurs, les pensées intrusives peuvent être indirectes/passives (quelque chose peut arriver au bébé) ou elles peuvent impliquer une intention (pensées ou images de vous jetant le bébé contre le mur).

 

Les pensées intrusives peuvent autant porter sur votre bébé, sur vous ou votre partenaire. En termes d’intensité, elles peuvent être vécues comme étant légères à insupportables tellement elles peuvent être effrayantes. Certaines personnes peuvent les vivre de façon très rare et pour d’autres de façon plus fréquente. Parfois, les pensées intrusives peuvent être passagères alors que d’autres peuvent sembler présentes tout au long de la journée ou même vous empêcher de vous endormir la nuit. Des comportements compulsifs (ex: vérification excessive) peuvent également accompagner ce type de pensées. 

 

Voici quelques exemples de pensées intrusives en lien avec votre maternité:

 

« Et si je laisse tomber mon bébé quand je descends les marches ? »

« Et si je brûle le bébé dans le bain? »

« Et si je glisse par accident et qu'un des couteaux tombe sur mon bébé? »

« Et si je fais une sortie de route avec mon bébé dans la voiture? »

"Je pense que ma famille serait mieux sans moi"

"Et si je devenais tellement dépassée par la situation que je ferais mal à mon bébé?”

"Je peux voir des choses terribles et violentes graphiques arriver à mon bébé."

 

Différences entre stress et anxiété

 

Les pensées intrusives sont motivées par de l’anxiété. Le stress est une réponse normale à une menace. Face à un danger, le corps humain offre une réponse de protection soit en combattant, en figeant ou en fuyant. L’anxiété enclenche les mêmes mécanismes, toutefois la menace n’est pas réelle. Lorsque les niveaux d'anxiété deviennent dysrégulés ou très élevés, cela peut provoquer des symptômes inconfortables dont les pensées intrusives. C’est pour cette raison qu’elles sont associées à la dépression postpartum et l’anxiété périnatale. Les pensées intrusives peuvent aussi être un des symptômes du trouble obsessionnel-compulsif en période postpartum mais elles peuvent apparaître également en l'absence d'un diagnostic. Les pensées intrusives ne sont PAS une indication de psychose. Même si elles peuvent vous donner l'impression de devenir “folle”, ce n'est pas le cas. En fait, il est rassurant d’être en mesure d’identifier que ces pensées sont ce qu’elles sont, des pensées!

 

Les pensées intrusives peuvent vous donner l'impression d'être une mauvaise mère. Entre autres parce qu’elles peuvent vous faire ressentir de la culpabilité et de la honte. Vous pourriez par exemple penser qu’une bonne mère ne penserait pas à des choses aussi horribles. Dans ces moments, rappelez-vous qu'il s'agit d'une manifestation courante de l'anxiété. Vos pensées ne sont pas qui vous êtes. 

 

Quoi faire si vous avez des pensées intrusives:

 

Encore une fois, si vous vous inquiétez des pensées que vous avez, c'est un bon signe. Si ces pensées ne correspondent pas à qui vous êtes, si elles vous semblent totalement hors de propos, ou si vous savez qu'elles sont irrationnelles et n'ont aucun sens, cela montre que vos pensées sont des symptômes (obsessionnels) d'anxiété aiguë. Bien sûr, il est normal d’être inquiète. Après tout, c’est toute une contradiction de vous sentir si attachée et aimante envers votre bébé et d'avoir des pensées aussi effrayantes en même temps. Sachez que les bonnes mères ont parfois des pensées négatives et intrusives lorsqu'elles sont aux prises avec des symptômes dépressifs ou anxieux. 

 

N'oubliez pas que ces pensées ne concernent PAS qui vous êtes. Ce sont des symptômes. Votre cerveau vous joue un tour. Plus vous vous concentrez sur ces pensées et plus vous dites à votre cerveau de les croire. Résultat? Vous renforcez encore plus ces pensées. Faites de votre mieux pour dire que ce n'est pas grave si vous avez ces pensées. Elles ne sont pas l’indice qu’un malheur arrivera. Prenez conscience qu’elles sont présentes, qu’elles crée de l’anxiété chez vous, et laissez les aller. Vous pourriez même vous dire à voix haute : “Wow, ça c’était une image effrayante, j’ai peut-être besoin d’un moment pour calmer mon anxiété en ce moment!”. Sortez, promenez-vous, écoutez de la musique entraînante, dansez, bref tentez d’extérioriser certaines tensions associées à votre anxiété. C'est parfois dur, mais ça peut aider. Vous pouvez aussi tenter de garder votre cerveau occupé avec d'autres choses comme des tâches cérébrales, telles que des casse-tête, des dessins à numéro ou d'autres jeux qui vous obligent à vous concentrer. 

 

Les pensées intrusives peuvent être si dérangeantes qu'il est difficile de dire à qui que ce soit ce que vous ressentez ou ce que vous pensez. Croyez-le ou non, vous pourriez vous sentir mieux si vous dites à quelqu'un en qui vous avez confiance que vous avez ces pensées. Cette personne pourra vous rassurer que tout ira bien lorsque vous recevrez le soutien médical et/ou psychologique dont vous avez besoin. 

 

Dre. Lory Zephyr, psychologue

 

Vous voulez en savoir plus sur notre programme d'accompagnement Entre mamans? 

Pour prendre soin de vous, c'est ici!

Vous ne voulez rien manquer du contenu de Ça va maman?

Inscrivez-vous à notre infolettre!